L’aventure de gravel – Sur le BACKROAD en Islande

Mi-août, nous nous enfuyons de la canicule d'Europe centrale en direction du Grand Nord. L'Islande nous accueille d'abord comme nous l'attendions: une bruine légère, basses températures, du vent. Mais très vite, le Grand Nord dévoile un jour ensoleillé.

Texte: Lena Koller / Photo: Mathäus Gartner

Un petit détour dans la capitale Reykjavik avant de partir pour le Sud

Nous roulons d'ailleurs sur le BACKROAD. Ce vélo de gravel est tout à fait le bon choix pour notre voyage à vélo. Un vélo à la fois agile et confortable sur lequel nous faisons vraiment beaucoup de kilomètres, quel que soit le terrain que nous découvrons en Islande. Et en plus la possibilité d'attacher différentes sacoches de bikepacking, c’est pourquoi ce vélo est parfait pour la virée de bikepacking que nous avons prévue faire.

Reykjavik ressemble davantage à un village, et nous l’aimons bien, nous-mêmes étant les campagnards. Nous nous régalons d’un petit-déjeuner dans un petit café, où le choix de brioches à la cannelle sucrées et collantes nous fait tomber la mâchoire. Juste après avoir quitté la ville sur le vélo de gravel, nous parcourons des routes qui semblent souvent être interminables, la mer d'un côté et un paysage vallonné de steppe de l'autre. Les colonies sont de plus en plus clairsemées, les troupeaux de moutons et de chevaux de plus en plus grands. 

Après la pluie, une petite collation et enfin en route sur le vélo

Pour l'instant, on ne voit que du gris et la bruine, tantôt plus forte, tantôt plus faible, prédomine. Mais ça ne nous gêne pas. Heureusement, nous avions fait nos bagages pour toutes les conditions météorologiques. En août, dans cette région, le temps peut changer soudain. Si la brise fraîche de l'océan n'éveille guère l'esprit de vacances, elle a toutefois un effet à la fois apaisant et aventureux. Nous avons emporté des tenues bien chaudes et techniques pour nous protéger du froid et du vent.


Le premier spectacle naturel en notre voyage

Une gigantesque langue glaciaire s'étend presque jusqu'à la mer. Et, ... ce sont des rayons de soleil?! À la lumière douce du soir, le paysage et les couleurs sont encore plus impressionnants. Le sable en noir profond et la glace glaciaire bleue juste au milieu de collines vertes et de formations rocheuses abruptes. La mer, un glacier, du sable?! Nous avons déjà du mal à comprendre ces contrastes incroyables du paysage. Nous décidons de faire encore quelques kilomètres dans les dernières lueurs, mais le vent côtier prend vraiment de l'ampleur maintenant. Nous n'avançons littéralement pas un mètre et je suis poussé d'un bord à l'autre de la route à deux voies. À bout de nerfs, nous arrivons tout juste à rentrer à la maison dans la tempête. 

Presque trop beau pour être vrai

Aller dans un ruisseau aussi chaud qu’une baignoire, en pleine nature et à une température extérieure de 10 degrés maximum. Il faut avouer que cette idée était effectivement trop belle pour être vraie, puis, cette 'piscine naturelle' n'est que tiède. Après nous être baignés, j'ai malheureusement encore des frissons et j’ai hâte déjà de manger une soupe chaude et de m’emmitoufler dans mon sac de couchage. La pluie crépite monotonement sur le toit de la tente, on prend presque l’habitude, et on ne tarde pas de nous endormir profondément.

Après avoir passé quelques jours à la côte, nous quittons le périphérique en direction de l'arrière-pays.

Pour les chemins non battus sur des sous-sols tous différents et des traversées de ruisseaux, on prend l’envie d’aventure pendant ce trajet. Et nous sommes tout à fait honnêtes à ce sujet: ça fait vraiment du fun! Après avoir roulé quelques heures dans des paysages désertiques et steppiques, nous arrivons à notre destination. Un petit village de tentes ressemble à une oasis au milieu de la pampa pour accueillir les cyclotouristes et les campeurs. Nous y plantons également notre tente et nous préparons d’abord du café. 

Après 80 kilomètres à travers la pampa, finalement la civilisation

Le lendemain, nous mettons dans nos sacoches de vélo pas mal d'oursons fruités et de chocolat car nous envisageons de rouler à nouveau jusqu'à la côte. On passe par des routes goudronnées qui paraissent s’éterniser et là où on pourrait deviner la fin, elles semblent se fondre dans l'horizon. Ces étendues sont rares et fascinantes, car dans notre région, on perçoit à l’horizon souvent une montagne. En tout cas, j’avais définitivement épuisé mes réserves quand nous sommes arrivés le soir au camping à proximité de la côte.

On ne vit ça qu'une fois dans sa vie

Il y a beaucoup de monde dans le petit village de pêcheurs. La réceptionniste du camping est dépassée. Beaucoup de gens veulent venir justement ici et justement maintenant. Pourquoi? Pour le Fagradalsfjall. Un volcan qui est devenu célèbre dans le monde entier du jour au lendemain quand il a décidé de cracher de la lave. Nous nous rendons au pied du cratère pour voir le spectacle naturel de plus près. Au début, on n’entend qu'un bruit et des voix des personnes excitées. Et puis, il apparaît sous nos yeux, à 400 mètres à peine. Un cratère de volcan noir qui ne cesse de cracher de la lave jaunâtre et rougeâtre incandescente. Les boules de feu sautent dans l'air à plusieurs mètres de hauteur. La lave chaude de milliers de degrés coule sur la surface de la terre comme des veines et pourrait éliminer toute vie très facilement en quelques secondes. Les gens sont assis à quelques mètres seulement, le téléphone portable et l’appareil photo dans la main, pour conserver ces moments. Il y a dans l'air une ambiance à la fois euphorique et déjà dramatique. 

Nous avons pris feu en Islande et nous reviendrons

Notre virée de bikepacking nous a laissée pleins d'impressions que l’on garde longtemps en tête. Les contrastes et l'imprévisibilité rendent un voyage en Islande unique, là, où l'on a constamment le sentiment de ne vivre ce moment qu'une seule fois dans sa vie. 

Le vélo

Backroad-green

BACKROAD

Un vélo gravel polyvalent en carbone pour votre prochaine aventure à l’air libre.

à partir de 2 519,99

Voir le BACKROAD