afficher les produits
droit de rétractation 30 jours assemblage du vélo en Allemagne tradition familiale depuis 1907
Mon compte | Me connecter
ou s'inscrire ici Mot de passe oublié ?
Panier
    Rose

    Mareen Hufe

     

     

    Contact
    Mareen Hufe
    Margaretenstr. 1

    D - 46483 Wesel 

    mareen.hufe@gmx.de

     

    Vélo de la cycliste

    mareen_hufe_bike.jpg

    RED BULL AEROFLYER 3000

     

    La cycliste

    mareen_hufe_big.jpg

    Sa carrière sportive

    Dans ma jeunesse, j’ai passé beaucoup de temps auprès des chevaux comme presque toutes les jeunes filles. Après quoi et pour des raisons de temps, j’ai changé de cap pour me tourner vers la course. Je m’adonnais à la course à pied avec une passion grandissante. J’ai commencé à participer à des triathlons après qu’un collègue m’eut offert un livre sur ce sport. J’ai lu ce livre et j’ai attrapé le virus du triathlon. Ma décision fut prise : « Je relève le défi et gagnerai l’Ironman ! Lorsque je décide quelque chose, je vais jusqu’au bout. »

    Tandis qu’au début de 2006 je travaillais à mon mémoire et passais des examens, je n’avais presque plus le temps de dormir et il me fallait encore attendre avant de préparer le nouveau rêve qui m’était apparu. Après avoir fini mes études en juin 2006, je suis partie en vacances bien méritées : un mois à Cuba avec le vélo. Un entraînement d’endurance de base et découvrir de tout près la vie de familles cubaines – ce fut une combinaison géniale et un bon prélude à mon objectif de l’Ironman. Fraîchement revenue en Allemagne, j’ai profité d’un semi-marathon local pour parler à un triathlète de TV Voerde et lui ai demandé si je pouvais peut-être participer à l’entraînement du club. Je fus invitée à l’entraînement de natation et c’est ainsi que je commençai en automne 2006 à m’entraîner systématiquement au troisième sport. L’entraînement commença par la perception de l’eau. C’est assez incompréhensible mais là-bas, dans cette piscine couverte, je ressentais l’eau ; à vrai dire, je n’avais pas encore de vraies connaissances à cette époque-là. Ce n’est que longtemps plus tard que j’ai compris combien il est important d’avoir une perception de l’eau … La natation a été quelque peu nerveusement éprouvante – et la piscine m’a coûté quelques litres d’eau supplémentaires car j’ai avalé au moins un litre par heure. Ma technique de respiration méritait précisément d’être améliorée. Mais je suis persévérante et n’abandonne pas si vite. Et je fus récompensée par un entraînement assidu : j’ai constaté très rapidement une augmentation des performances. J’avais de plus en plus l’espoir de pouvoir finir ma première longue distance.

    24 juin 2007 - ce fut le grand jour où j’ai dû relâcher la tension en mouvement : à Roth j’ai nagé, pédalé et couru à la rencontre de mon rêve. Et à chaque minute je m’en rapprochais d’un brin. Comme je n’ai pas allumé mon chronomètre au moment du départ à cause de l’excitation, je n’étais pas en mesure de pronostiquer un temps (et même pour une contrôleuse de gestion, compter après 10 heures de sport est un véritable défi). Et lorsque je me suis rapprochée des foules de gens, lorsque j’ai pu entendre le fond sonore et apercevoir de plus en plus distinctement, j’ai su que je venais d’y arriver. Avec 10:59 heures, j’ai couru vigoureusement pour finalement franchir la ligne d’arrivée de ma première longue distance. C’était mon troisième triathlon en tout.

    Désormais, j’avais définitivement attrapé le virus du triathlon et me réjouissais de ma deuxième saison de triathlon. A l’Ironman de Suisse, je me suis assuré ma première place de départ pour Hawaii. Sur cette île du Pacifique, le climat est torride et il y a du vent mais je suis très bien venue à bout des conditions et suis devenue la meilleure amatrice allemande avec un temps de 10:30 h. Et encore en 2009, ça s’est passé comme sur des roulettes : à l’Ironman de Francfort, j’ai fini avec un temps de 9:41 h comme 7ème femme au total et meilleure amatrice. A Hawaii aussi j’ai pu encore augmenter ma performance : avec 10:06 h, je me suis assuré un placement au Top 30 dans le résultat global des femmes – parmi 53 triathlètes professionnelles qui étaient avec moi au départ – un résultat incroyable. Dans le classement amateur, cela voulait dire la 5ème place. 

     
     















    Chargez la carte
    'Chargez la carte